FB.png
instagram-je-dis-oui.png
Header.jpg

Vrai / Faux

Contre-argumentaires aux attaques des opposants

"L’arrivée de 1000 collaborateurs supplémentaires va générer beaucoup plus de trafic…"

FAUX!

CE QUI EST VRAI
 

  • Le nombre de places de parc a été fortement diminuée dans ce projet, il ne dépassera pas 440 sur l’ensemble du site, dont 284 sont déjà existantes
     

  • Le nombre de place par collaborateur.trice a été réduit de 0,49 à 0,25 grâce au plan de mobilité Swissquote qui prévoit une incitation et un soutien financier à l’utilisation des transports publics et à la mobilité douce (vélostation de 250 vélos)
     

  • A terme, il est prévu une croissance maîtrisée de 2% sur l’avenue du Mont-Blanc
     

  • Les 1000 collaborateurs.trices supplémentaires sont une projection à moyen-long terme : ils vont arriver progressivement sur les prochaines années
     

  • Une partie de ces nouveaux collaborateurs.trices va s’installer à Gland, sans générer de trafic supplémentaire, d’autant plus que la gare est en face
     

  • Les voies d’accès à la Gare depuis La Crétaux vont faire l’objet d’aménagements qui rendront l’usage des transports publics et les déplacements de mobilité douce plus faciles, plus agréables et sécurisés

"La tour va plonger Gland dans l’obscurité et priver les riverains de 800h de soleil par an, avec des ombres portées jusqu’à la gare…"

ARCHI-FAUX!

 

CE QUI EST VRAI

  • Le chiffre de 800 heures de soleil en moins est totalement inexact et ne correspond à aucune réalité sérieuse ! 
     

  • L’étude réalisée par des spécialistes, à l’aide d’un outil informatique puissant et fiable en 3 dimensions, basée sur des données factuelles très précises, démontre que l’ombre générée par la tour sera bien inférieure aux chiffres caricaturaux annoncés par les opposants, tant en termes de portée que de nombre d’heures. 
     

  • Les ombres réelles portées doivent être calculées en fonction des références météorologiques existantes et de la réalité moyenne des heures d’ensoleillement.
     

  • La couverture nuageuse inhérente aux mois d’automne et d’hiver diminue l’impact des ombres portées en diffusant uniformément la lumière, supprimant ainsi l’effet des ombres.
     

  • Le calcul ne peut se faire en additionnant l’ombre portée sur plusieurs bâtiments. L’impact doit être mesuré par bâtiment pour être fidèle à la réalité.
     

  • Les référendaires, essentiellement des voisins de la zone concernée attachés à la défense de leurs intérêts personnels, seront peut-être plus touchés par l’ombre des arbres que par l’ombre de la tour…
     

L’étude sérieuse menée par des spécialistes reconnus et la simulation en 3D fidèle à la réalité montrent que l’impact des ombres portées concerne moins de 5% de l’ensoleillement théorique du bâtiment le plus touché. En réalité, l’impact se trouve encore réduit en raison des conditions météorologiques, le rendant non-significatif.

"Les ombres portées vont réduire fortement le rendement photovoltaïque des maisons individuelles…"

FAUX!

CE QUI EST VRAI

  • Les chiffres présentés par les référendaires sont des chiffres très théoriques qui forcent volontairement le trait. Ils ne tiennent pas compte de facteurs importants tels que les m2 réels de panneaux photovoltaïques disponibles sur les toitures, du type de panneaux, de leur capacité de production effective, de l’orientation, etc.
     

  • Un cadastre solaire a été développé par le Canton de Genève avec le soutien de l’Etat et des Services Industriels de Genève (SIG). Ce cadastre considère, par exemple pour le chemin des Tilleuls 15, une surface de toiture dédiée aux panneaux photovoltaïques de 39 m2 et non de 85 m2 comme soutenu par les référendaires. 
     

  • Actuellement, peu d’installations photovoltaïques d’importance sont concernées : selon le recensement de l’OFEN, une seule installation proche de La Crétaux pourrait être impactée par l’ombrage induit, et ce de façon très réduite.
     

  • Concernant les potentielles futures installations, les installateurs pourront estimer la production selon cet ombrage et faire des recommandations précises aux propriétaires.
     

Il en résulte un potentiel de production annuel estimé à 6 MWh et non de 18 MWh, comme le prétendent les référendaires. Sur cette base, il convient de réduire de 2 à 3 fois les estimations des opposants.

 

"La construction d’une tour est une hérésie énergétique et environnementale – Une tour n’est jamais durable"

FAUX!

CE QUI EST VRAI

  • Les tours construites récemment, en Suisse et en Europe, atteignent des performances énergétiques très satisfaisantes et obtiennent des labellisations parmi les plus exigeantes (p. ex. LEED Platinum).
     

  • A titre d’exemple proche de Gland, la Tour Tillia de Prilly, haute de 85 m, présente un bilan énergétique de 2,2kg de CO2/m2 alors que l’exigence fédérale est de 15 kg de CO2/m2 
     

  • De plus, la construction en hauteur dégage de l’espace au sol : une exigence voulue par les citoyens vaudois qui ont massivement voté en faveur la LAT, laquelle précise que la densification doit se faire de telle sorte qu’elle permet l’aménagement d’espace végétalisés au sol. 
     

  • A la Crétaux, il suffit de comparer la situation actuelle avec le contenu proposé dans le plan d’affectation. Les nouveaux espaces publics végétalisés et les arbres seront plus nombreux qu’aujourd’hui. Ils remplaceront avantageusement une zone qui n’est aujourd’hui pas accessible au public.
     

  • .Herbe et fleurs, arbustes et plantes vivaces et de nombreux arbres de belle taille seront plantés en pleine terre. A cela s’ajouteront les toits végétalisés des nouveaux bâtiments annexes qui complètent le projet du PA La Crétaux.
     

  • Sans construction en hauteur, la densité exigerait une occupation totale du sol, une dénaturation du paysage et de l’aspect durable, avec la construction d’une grande barre de béton sur toute la surface.
     

En fait, il s’agit de savoir si nous voulons privilégier un bâti plus vertical qui libère de l’espace végétalisé ouvert au public (3’131m2) ou si nous préférons une grande barre bétonnée qui pourrait être immédiatement construite mais qui ne libérerait aucun espace public, aucun dégagement visuel pour le voisinage, ni aucune plus-value architecturale pour Gland.

"Le nouveau projet de Swissquote va générer une augmentation des nuisances pour le voisinage…"

FAUX!

CE QUI EST VRAI

  • Des mesures ont d’ores et déjà été prises pour limiter, voire supprimer totalement, les nuisances sonores suite aux interpellations du voisinage
     

  • Les bâtiments seront équipés d’une isolation acoustique de dernière génération.
     

  • Les fenêtres seront dotées de verres opacifiants qui réduiront fortement la lumière diffusée la nuit.

"Les oiseaux migrateurs vont s’écraser sur la tour…"

ARCHI-FAUX!

CE QUI EST VRAI

  • Il existe aujourd’hui des mesures de protection des oiseaux pour l’élaboration des façades qui seront appliquées, se référant notamment au document édité par la station ornithologique de Sempach (en annexe)
     

  • L’autorisation de construire qui sera soumise à l’enquête publique inclura une notice d’impact sur les oiseaux effectuée par un bureau indépendant
     

Plus d’informations

"Ce projet impliquera une baisse de la qualité de vie et du bien-être des Glandoises et des Glandois…"

FAUX – C’EST TOUT LE CONTRAIRE!

CE QUI EST VRAI

La qualité de vie et le bien-être des Glandois.e.s ne sont pas dépendants de l’extension du siège de sa principale entreprise contribuable. Malgré cela, les effets de ce développement seront au contraire plutôt bénéfiques pour la population de Gland ! Jugez plutôt :
 

  • Ce projet va embellir une zone industrielle d’un autre âge avec une architecture iconique qui marquera l’identité de Gland
     

  • Swissquote s’est aussi engagée à améliorer la liaison de mobilité douce entre la gare et la zone de la Crétaux – le chemin de la Crétaux sera équipé de trottoirs et d’un éclairage public
     

  • Ce projet va permettre de transformer une zone privée en espace public
     

  • Ce projet va augmenter la contribution économique de Swissquote aux finances de la Commune, soit des moyens supplémentaires pour les investissements locaux et les services publics de Gland au profit de toute la population
     

  • Le bien-être des Glandois.e.s, c’est aussi la maîtrise des impôts de chacun grâce à l’équilibre des ressources fiscales
     

  • Swissquote, c’est le plus gros contribuable (en qualité de personne morale) à Gland. C’est aussi plus d’un demi-million de francs d’impôts annuels via ses employé.e.s
     

  • L’intérêt général de ce projet pour accompagner et soutenir le développement harmonieux de Gland en misant sur ses forces vives va bien au-delà de la défense d’intérêts personnels de quelques voisins qui savent depuis longtemps qu’une zone industrielle et économique est appelée à se développer – c’est même sa vocation pour générer plus d’activités et de rentrées fiscales
     

  • Le Campus Swissquote va apporter une véritable plus-value à l’attractivité de notre ville, avec toutes les retombées positives et un bâtiment emblématique qui sera un marqueur fort de cette réussite
     

  • La qualité de vie des Glandois.e.s, c’est aussi la présence de commerces de proximité, de cafés-restaurants, de service à la personne : un ensemble d’activités qui peuvent exister et se développer grâce aux retombées économiques de la présence de Swissquote à Gland et de ses employé.e.s, dont 85 sont des Glandoises et des Glandois.

  • A titre d’exemple, Swissquote commande chaque année environ 2 tonnes de café à ses fournisseurs glandois pour offrir tous les matins le petit-déjeuner à ses employés

"Ce projet est incompatible avec la position environnementale de la ville – Gland, Cité de l’énergie"

FAUX!

CE QUI EST VRAI

  • Le catalogue de mesures « Cité de l’Energie » comprend 6 domaines d’activité via 50 mesures concrètes
     

  • Le règlement du PA « La Crétaux » est tout à fait conforme à ces mesures au niveau de son impact environnemental en y contribuant activement grâce à :

- Son plan de mobilité et de circulation

- Ses instruments contraignants pour le propriétaire foncier

- La production d’électricité renouvelable sur le territoire communal
 

  • Ce PA fait donc partie du plan d’actions « Cité de l’Energie » et participe activement à l’objectif de la Ville de Gland d’obtenir le niveau Gold de ce label.
     

  • La plantation de nouveaux arbres, les toits et le parc végétalisés, la création d’une pièce d’eau, le plan de mobilité Swissquote, la nouvelle accessibilité à la gare CFF, l’efficience énergétique du bâtiment sont autant d’actions tangibles qui contribueront à la dimension environnementale de ce projet et à la nécessaire transition écologique.
     

"Ce projet consiste avant tout à se soumettre aux exigences d’une entreprise privée sans évaluation sérieuse de son impact pour le quartier"

FAUX!

CE QUI EST VRAI

  • Ce projet a été instruit patiemment pendant plusieurs années avec les services du Canton et de la Ville pour correspondre aux exigences du développement durable et raisonné de Gland
     

  • Il est contraignant pour le maître d’ouvrage au sens du respect de tous les règlements en vigueur, en se montant plus vertueux que les exigences règlementaires sur certains points – notamment les aménagements collatéraux au projet : liaison piétonne avec la gare, création d’un parc public, création d’une crèche ouverte aux familles glandoises, ouverture d’un auditorium partagé avec la population et les sociétés locales, etc.
     

  • Les exigences étaient donc plus du côté des autorités que du propriétaire foncier qui s’est adapté.
     

  • Le propriétaire n’agit pas comme un promoteur immobilier en quête de rentabilité – il agit comme un entrepreneur responsable qui doit accompagner et soutenir sa croissance positive par le développement de ses infrastructures
     

  • Swissquote, c’est une entreprise « Made in Gland » qui porte la fierté de notre territoire et la démonstration que notre ville n’est pas une cité dortoir entre Genève et Lausanne
     

  • Swissquote désire bâtir un campus dont les Glandoises et les Glandois seront fiers, afin de poursuivre son développement dans la ville qui l’a vu naître.